Avouez-le, vous pensez avoir déjà tout vu niveau miel. Il en existe  de multiples variétés selon la région, le climat, la plante et le sol. De l’un à l’autre, on retrouve des caractéristiques très proches. Au point qu’on puisse de manière générale considérer que tous les miels sont une guérison comme Allah nous l’enseigne. Néanmoins, certains miels sortent incontestablement du lot. On vous a parlé du miel de manuka, du miel de jujubier et du miel de tilleul. Mais vous a-t-on déjà exposé les bienfaits du miel rose de Russie ? Peu probable, parce que ce miel fait partie des miels que ne connaissent que le petit cercle des initiés. Alors si ce n’est pas déjà le cas, vous allez en faire partie de ce pas.

1. Une récolte dans un cadre pittoresque  

La distinction entre les miels se fait selon leur provenance géographique. C’est principalement cette dernière qui lui donne son identité, sa saveur, sa coloration. Mais certains miels se retrouvent un peu partout dans le monde et présentent peu de traits distinctifs. On peut par exemple penser au miel d’acacia qui est considéré comme l’un des miels les plus banales. Alors qu’au contraire des miels comme le miel de châtaigniers ne passe pas inaperçu. C’est évidemment également le cas avec le miel blanc du rosier sauvage de Russie. Ce miel est russe, il vient toutefois d’une région spécifique de cet immense pays. Il s’agit d’une contrée montagneuse de la Sibérie nommée Altaï aux frontières de la Chine, de la Mongolie et Kazakhstan. C’est l’une des rares régions du monde qui a pour l’instant échappé aux routes et aux immeubles à profusion. Altaï compte parmi les quelques lieux au monde principalement naturel. Le miel blanc russe se cultive ici, à des milliers de mètres d’altitude, dans un paysage quasi sauvage. Le rosier sauvage ne doit pas son nom au hasard. Il pousse naturellement dans cette zone et sous l’action des abeilles de la région, il donne le fameux miel blanc. Il est récolté ensuite par la population locale selon un savoir-faire ancestral, respectueux de l’environnement et du miel. On comprend donc sans peine pourquoi ce miel n’a rien avoir avec les autres miels floraux. Il existe peu de rosiers préservés comme les rosiers sauvages de l’Atlaï et le miel qui en est tiré est la plus délicieuse des preuves.

2. Une sucrerie en bouche

On ne le répétera jamais assez. Quand il est question de miel, il est avant tout question de gourmandise. Ses vertus nutritives, médicinales et autres n’arrivent qu’après. C’est encore plus le cas avec le miel blanc du rosier sauvage russe. Les gourmets s’accordent à comparer la dégustation de ce miel à celle d’un bonbon fleuri. Certains parlent même de guimauve ou de barbe-papa parfumée à la rose. Mais il est probable que cet avis soit influencé par la couleur rosée et la texture mousseuse du miel. Vous comprenez donc sans peine que le miel blanc du rosier sauvage est à la fois bien sucré et imprégné des effluves des fleurs dont il est tiré. Cette saveur exquise en fait un miel qui se mange avant tout directement au pot avec la petite cuillère. D’autant plus que le miel blanc du rosier à une texture onctueuse qui fond sur la langue. Toutefois, il serait dommage de limiter ce miel savoureux à cet usage. Son goût fleurit le rend idéal, comme le miel de lavande, pour agrémenter les bonbons, les pâtisseries, les desserts et les boissons. Une cuillère de ce miel dans un yaourt nature, une salade de fruits ou une citronnade et ça fait toute la différence. Pareil pour les pâtisseries simples où l’on souhaite introduire un brin de nouveauté et de saveur. Les crêpes se marient à merveille avec le miel blanc du rosier sauvage, tout comme les brioches natures et les gâteaux aux fruits. Il est à la fois un plaisir pour les papilles et les yeux puisqu’il ajoute de la couleur au plat. Mais bien sûr, le miel russe ne doit pas sa célébrité qu’à ses saveurs incomparables.

3. Un remède à bien des maux

Ces dernières années, vous avez probablement entendu parler des mille et une vertus de la rose, aussi appelée églantier. Que ça soit une huile végétale ou une eau florale, on attribue à la rose des propriétés apaisantes, antioxydantes et antispasmodiques. Ces produits sont utilisés notamment pour des troubles gastriques et des douleurs utérines, ainsi que la fièvre. Forcément, ces propriétés se retrouvent aussi dans son miel. Le miel du rosier sauvage permet de traiter différents troubles digestifs, les maladies du foie et des problèmes nerveux. Il améliore de manière générale la digestion comme tous les miels. Il a un effet antibactérien qui le rend préventif et antiseptique en cas de douleurs ou d’inconforts digestifs. Le miel de rosier sauvage aide à réduire l’hypertension artérielle et le stress. C’est en ce sens qu’il permet de soigner les problèmes nerveux. Il est même considéré comme un bon sédatif et antiseptique tant le miel de rosier sauvage est un calmant. En outre, le miel de rosier sauvage est un antipyrétique. À ce titre, il permet de soigner une fièvre. Néanmoins, le miel du rosier sauvage ne doit pas toutes ses vertus aux plantes et aux herbes dont il est issu. N’oublions pas qu’il s’agit d’avant tout d’un miel. À ce titre, il sert à traiter les rhumes et les problèmes de toux. De plus, il ne doit pas ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires uniquement au rosier sauvage. Ce sont des caractéristiques propre aux miels. On les retrouve également dans le miel blanc du Kirghizistan. La différence étant pour le miel du rosier sauvage que ces effets sont décuplés.

4. Un miel qui annonce la couleur 

Rosier sauvage

Si le miel du rosier sauvage de Russie sort du lot, c’est grâce à sa couleur peu commune dans notre assiette. En effet, rare sont les produits roses que nous consommons. Encore plus rare, les produits naturels qui le sont. Mais cette couleur rose du miel de rosier sauvage est loin d’être là juste pour faire jolie. Au contraire, il est le signe de la présence du cynorrhodon dans sa composition. Il s’agit du fruit du rosier sauvage que les plus botanistes les plus stricts préfèrent qualifier d’organe reproducteur. En Russie, cette sorte de baies est quoi qu’il en soit consommé comme un fruit sous forme de confiture ou de sirop. Il est apprécié pour sa teneur impressionnante en vitamine C, beaucoup plus élevé que dans les agrumes. De plus, il est également riche en vitamines A et E, ainsi qu’en rutine, d’où sa richesse en antioxydant. Le cynorrhodon contient de même des minéraux, des oligoéléments comme le calcium, le zinc et le fer, et des oméga 3 et 6. Ce petit fruit réunit à lui seul les vertus de nombreux éléments nécessaires au bon fonctionnement du corps. Sans surprise, il sert principalement à renforcer le système immunitaire. Il soigne aussi les virus, et les maladies sur lesquelles agit le rosier. Le miel de rosier sauvage bénéficie de toutes ces vertus. C’est un véritable boost pour l’organisme. Il est consommé pour retrouver de l’énergie après une maladie. Ce miel est aussi censé rajeunir tout comme l’huile de rose musquée. S’il n’est pas encore prouvé que c’est un filtre de jouvence, il accélère en effet la régénération cellulaire.

De quoi en faire rosir d’envie plus d’un.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *