AROMIEL

Association d’un miel mono-floral ou polyfloral et d’une ou plusieurs huiles essentielles végétales.

Respect à Isabelle AVISSE | Grand Traité Des Miels

Réaliser un aromiel de qualité optimale appelle

  •  l’utilisation préférentielle d’un miel issu de l’apiculture biologique à défaut d’être élaboré suivant des normes de standardisation thérapeutique : voir « Le miel à vocation thérapeutique : normes de qualité et label », p. 177), non chauffé et conservé à l’abri de l’humidité et de la lumière :
  • l’utilisation d’huiles essentielles labellisées biologiques et biochimiquement définies. (Voir Réaliser un aromiel, p. 229.)
  • On trouvera de nombreux conseils de santé et prescriptions d’aromiels à fabriquer soi-même (mais aussi de propo-aromiels et d’autres synergies incorporant pollen, cire d’abeille et gelée royale) et à usages interne ou externe, dans les ouvrages cités dans la bibliographie – ouvrages d’où sont issues les prescriptions présentées dans l’encadré Réaliser un aromiel.

Les médecins apithérapeutes précisent

  • qu’il convient de consulter un médecin spécialisé habilité à établir un diagnostic, a fortiori dans les pathologies aiguès, avant de préparer soi-même et d’employer un aromiel;
  • que les femmes enceintes et allaitantes ne doivent ni ingérer ni appliquer par voie externe certaines huiles essentielles, par conséquent certains aromiels en raison de propriétés parfois abortives et/ou neurotoxiques;
  • qu’en cas de projection d’une huile essentielle ou d’un aromiel dans l’œil, il faut non le rincer avec de l’eau, mais avec une huile végétale.

LES AROMIELS

Un aromiel est le fruit de l’association d’un miel monofloral ou polyfloral et d’une ou plusieurs huiles essentielles végétales, ces principes combinés se renforçant et se dynamisant les uns les autres.
L’association du miel aux quintessences aromatiques des plantes permet une diffusion rapide de leurs principes actifs dans le corps et améliore par synergie l’activité médicinale de leurs constituants.

Médecine naturelle

Thérapeutique de pointe en médecine naturelle que son histoire relie à la tradition médicale française, l’aromathérapie explique les propriétés des huiles essentielles par référence aux molécules aromatiques les composant. Quoique bien des huiles essentielles puissent s’appliquer à l’état pur sur la peau et les muqueuses de la bouche, il est recommandé la plupart du temps de les diluer afin d’agrémenter la prise orale ou l’administration topique, a fortiori si le patient est un enfant ou présente quelque sensibilité au niveau cutané.

De plus, certaines huiles essentielles, dermocaustiques, ne peuvent être ni absorbées par voie interne ni appliquées pures sur la peau. Outre les huiles végétales (oléagineuses), les solutions alcooliques, le sirop d’érable… le miel constitue un moyen aussi agréable qu’efficace de prendre des remèdes aromatiques par voie orale. Aussi représente-t-il l’un des supports idéaux des huiles essentielles.

Études cliniques

Des études cliniques menées en milieu hospitalier ont démontré, en sus de l’efficace des aromiels dans nombre de pathologies, que leurs qualités antibactériennes sont bien souvent plus performantes que celles des médicaments provenant de la chimie industrielle de synthèse, et ce, sans effets iatrogènes dommageables pour la santé et avec un coût moindre. La synergie d’action thérapeutique des aromiels avec des traitements issus des médecines alternative et/ou allopathique existe et se généralise au bénéfice des patients. « Un produit issu de la chimie de synthèse est mort, inerte, dépourvu d’énergie, perturbateur d’équilibre de vie. À l’inverse, tout produit naturel est vivant, doué d’une énergie revitalisante, capable de restaurer l’harmonie en stimulant les processus vitaux », écrit D. Baudoux, grand spécialiste des huiles essentielles (2008, p.28).

Un propos susceptible de s’appliquer pareillement au miel, substance vivante (dotée d’enzymes, molécules aromatiques, principes anti- biotiques divers suivant les essences.), pour peu qu’elle n’ait pas été maltraitée avant ou après son conditionnement. De fait, l’association du miel et des huiles essentielles fournit d”excellents résultats dans le soin des pathologies bénignes ou en association avec les traitements allopathiques ciblant des pathologies lourdes, l’usage simultané d’une ou plusieurs médecines permettant « d’obtenir un résultat dépassant de loin la simple somme arithmétique de chacune d’elles.

Il existe toujours une synergie et une potentialisation importante dès que le thérapeute fait appel à plusieurs thérapies » complémentaires. (Ibid., p. 24.)

Réaliser un aromiel¹

Les médecins apithérapeutes détaillent les procédés d’élaboration et d’emploi d’aromiels à usages interne et externe.

Aromiel à usage interne

Un aromiel pris par voie orale est constitué de 100 g de miel et de 100 gouttes d’HE (concentration en HE comprise entre 3 et 5% max.). Si plusieurs HE entrent dans sa composition, diviser ces 100 gouttes par le nombre d’HE.

Exemples :

  • Cystite
    – miel de lavande ou de thym ou de bruyère
    – 33 gouttes d’HE de Mentha x piperita
    – 33 gouttes d’HE de Satureja montana ssp.montana
    – 33 gouttes d’HE de Salvia officinalis.
  • Déficience immunitaire
    – miel toutes fleurs de montagne
    – 25 gouttes d’HE de Ravensara aromatica
    – 25 gouttes d’HE de Cupressus sempervirens varstricta
    – 25 gouttes d’HE de Thymus vulgaris thymoliferum
    – 25 gouttes d’HE de Laurus nobilis.

L’aromiel est déposé et gardé sous la langue jusqu’à complète dilution dans la salive. (Riche en vaisseaux capillaires, la région sublinguale permet le passage des principes actifs directement dans le sang.)

On absorbera :

– 3 cc/jour pendant 10 jours pour les pathologies aiguës;
– 1 cs 2 fois/jour pendant 1 mois pour les pathologies chroniques.

Aromiel à usage externe

Un aromiel utilisé par voie topique est constitué de 100 g de miel et 25 gouttes d’HE (concentration en HE de 1% max.). Si plusieurs HE entrent dans sa composition, diviser ces 25 gouttes par le nombre d’HE.

Exemples :

  • Eczéma
    – miel de lavande
    – 25 gouttes d’HE de Lavandula angustifolia ssp.angustifolia.
  • Varice (aromiel en bandage nocturne)
    – miel toutes fleurs de montagne
    – 12 gouttes d’HE de Lavandula angustifolia ssp.angustifolia.
    – 12 gouttes d’HE de Cupressus sempervirens var.stricta.

La confection d’un aromiel implique de mélanger le miel et les HE S min durant avec une cuillère en bois et non en métal afin d’éviter l’interférence des molécules métalliques.

Souce : Isabelle AVISSE (APIDIS EDITIONS p.223-224)

¹Extrait de : Cherbuliez, Domerego; Domerego,
Imbert, Blanchart.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *