Les bâtisseuses sont fermement agrippées entre elles par leurs pattes.Elle forme le premier maillon de la chaine cirière qui se produit au bout des pattes postérieures, étirées vers l’arrière par la traction exercées par ses soeurs. Des chaines cirières se forment au cours de la construction, qui peuvent constituer un véritable filet d’abeilles accrochées pattes à pattes. Lorsqu’il prend la forme du rayon, il permet aux bâtisseuses de porter la cire à bonne température.

abeilles batisseuses de l'ombre
Les Bâtisseuses de l’abeiller LeHangar212®

Ce sont des bâtisseuses qui déterminent l’écartement et l’orientation des rayons.

Pour vérifier que le parallélisme est bien le fait des abeilles, Darchen avait introduit entre deux rayons parallèles une ébauche de construction, sous laquelle il avait inséré un morceau de rayon, perpendiculaire cette fois.

Les bâtisseuses, choquées par cette aberration architecturale, s’étaient immédiatement constituées en chaînes cirières et, unissant leurs efforts minuscules, avaient peu à peu tordu le rayon rebelle pour le ramener dans le même axe que les autres.

Cette délicate opération leur a demandé de réchauffer préalablement la cire, d’exercer d’importantes tractions s’arrimant sur les rayons voisins tout en faisant jouer la force gravitaire par leurs poids additionnés, et de procéder enfin à de multiples retouches¹.

Si les rayons que les abeilles bâtissent librement ne sont pas toujours parfaitement plans, elles veillent ainsi à ce qu’ils restent parallèles, ménageant l’espace nécessaire à deux d’entre elles pour se croiser dos à dos, tout en préservant à la fois la chaleur et la circulation de l’air.

1- Rémy Chauvin, L’Énigme des abeilles, éd. du Rocher, pp. 109-111

A lire également

3 Commentaires

  1. 🇫🇷 ❝ Suis les abeilles, tu trouveras la ruche. ❞

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *