S’il y a bien musc qu’il n’est pas nécessaire de présenter, c’est bien le musc tahara. Quand on pense musc, on pense bien souvent à la petite fiole de parfum de couleur blanche. À raison, parce que c’est le musc le plus consommé en Arabie, le pays du musc pourrait-on dire. Il est aussi particulièrement prisé dans la communauté musulmane. Néanmoins, le musc tahara ne doit pas sa renommée uniquement à ses effluves. Il existe un certain nombre d’affirmations sur ce produit qui expliquent son succès. Or, il se trouve que certaines de ces affirmations sont fausses, voire dangereuses. Alors on vous propose de démêler le vrai du faux pour que si vous succombiez au musc tahara, ça soit pour les bonnes raisons.

Le musc tahara est une sunnah

Le musc tahara est une sunnah

Anas رضي الله عنه rapporte que le Prophète ﷺ a dit : « Trois choses de votre bas-monde ont été rendues agréables à mon coeur : les femmes, le parfum et la prière, qui est la prunelle de mes yeux[1]. » Tout comme il est rapporté que le Prophète ﷺ a dit que « Le musc fait partie de vos meilleurs parfums[2]. » Il est également rapporté par de nombreux compagnons que le Prophète ﷺ avait l’odeur du musc et préféré cette senteur à toute autre. Sa sueur même avait cette odeur par la permission d’Allah. Alors les musulmans ont suivi Son Prophète ﷺ en cela également et ont fait du musc leur parfum favori. D’autant plus qu’Allah cite le musc dans le Coran comme une senteur du Paradis. Or, si dans toutes ces narrations le musc tahara n’est pas cité, l’idée s’est imposée un peu partout qu’il s’agit musc du Prophète ﷺ. Certes, le musc blanc est celui que l’on retrouve dans la péninsule arabique du vivant du Prophète ﷺ. C’était peut-être cette senteur là que l’Envoyé d’Allah ﷺ affectionnait tant ou celle qui s’en approchait le plus. Mais il n’est toutefois pas correcte d’appliquer les hadiths et les versets coraniques au musc tahara uniquement. Il peut servir à suivre cette sunnah, mais il n’est pas le seul. Tous les autres muscs peuvent prétendre à ce statut. Ainsi, si le musc tahara est une sunnah, c’est parce qu’il est un musc tout simplement. Il n’y a pas de récompense en plus attaché à son utilisation.

Le musc tahara est issu d’une substance animale

Le musc tahara est issu d’une substance animale

Le musc à l’époque de l’Envoyé d’Allah ﷺ provenait d’un extrait des glandes abdominales du chevrotin porte-musc que l’on retrouvait principalement en Sibérie. Il s’agit du musc véritable que le mâle utilise pour séduire les femelles. Mais de nos jours, il n’est plus autorisé d’exploiter ce musc. Il était nécessaire de tuer l’animal pour récupérer la substance. Or, au fil du temps, l’utilisation massive du musc animal conduit a menacé cet espèce de cerf. Alors désormais, tous les muscs commercialisés sont synthétiques ou végétaux. Le musc tahara n’échappe pas à cette règle. Il a la réputation d’être un musc naturel, justement parce qu’il serait le musc utilisé par le Prophète ﷺ. Ces deux idées reçues sont fausses l’une comme l’autre. Le musc tahara a été synthétisé à partir de la muscone, une composante du musc, en 1926 par Lavoslav Ruzicka sous le nom de musc blanc. Une autre idée qu’on entend prétend même que le musc blanc est surnommé ainsi parce qu’il est crée par des personnes blouses blanches. Cette hypothèse, bien qu’elle n’apporte pas d’information vraiment importante, a le mérite de souligner que le musc tahara est chimique. À cause du désastre climatique actuel, le mot chimique est vu comme négatif, voir dangereux. Mais ce n’est pas forcément le cas, surtout pour le musc tahara. Cette reproduction synthétique d’une molécule de musc est respectueuse de l’environnement et de la santé tant qu’il est certifié conforme par l’IFRA et testé cosmétologiquement.

Le musc tahara a des vertus médicinales 

Le musc tahara a des vertus médicinales

Faux ! L’idée que le musc tahara aurait des vertus médicinales est à bannir d’urgence. Heureusement, les commerçants précisent de plus en plus souvent que le musc tahara est un parfum, pas un traitement médical. Toutefois, cette idée que ce musc aurait des vertus médicinales à la dent dure. Il permettrait de soigner les démangeaisons, les mycoses, le psoriasis et l’eczéma. Alors qu’au contraire, une peau sujette à ces troubles peut être irritée par une application direct d’un parfum dessus. On prête aussi au musc tahara des propriétés assainissantes qui préviendrait les infections de toutes sortes. Il est en particulier recommander pour soigner les problèmes de peau et les troubles gynécologiques. Là encore, le musc tahara peut à l’inverse y provoquer des irritations. Il n’a dans sa composition aucun élément aux propriétés médicinales. Enfin, le musc tahara a la réputation de réduire la mauvaise odeur. Si en tant que parfum il donne bonne odeur, le musc tahara le fait comme tout parfum. Il ne doit pas être considéré comme un remède pour les personnes qui souffrent d’une mauvaise odeur chronique. Il ne réduit pas la transpiration et les sécrétions vaginales ou corporelles. Le musc tahara peut les atténuer, voire les couvrir. Toutefois, le musc ne se substitue pas à une bonne hygiène corporelle, il la complète.

Le musc tahara est un produit d’hygiène intime

Le musc tahara est un produit d’hygiène intime

Traditionnellement, les femmes arabes du Moyen-Orient utilisent après la période menstruelle musc tahara. C’est à cette utilisation que le musc doit son appellation de tahara, purification en arabe. Il ne s’agit pas bien évidemment d’une obligation. Mais, Allah a ordonné aux femmes de se purifier après la fin de leurs règles. Les femmes arabes ont choisi de compléter leur toilette par du musc tahara. Cette habitude est restée et s’est transmise dans une grande partie du monde musulman. Mais de nos jours, il est courant d’entendre que le musc tahara peut remplacer un gel intime. Il serait un moyen d’assainir les parties intimes après le cycle menstruel et d’éviter les mauvaises odeurs dans cette zone. Or, l’habitude des femmes arabes d’utiliser du musc après les règles doit davantage au contexte culturel qu’à un effet particulier du musc tahara. Il n’a aucun effet gynécologique et ne doit pas être utilisé à la place d’un gel intime. Même l’utilisation de ces derniers est déconseillé par les gynécologues, sauf en cas de troubles diagnostiquées. Le musc tahara peut seulement servir à parfumer cette partie du corps. Il doit pour cela être appliqué au niveau des cuisses et de l’aine. Le musc tahara, comme tout parfum, ne doit entrer en contact avec la moindre muqueuse, au risque de provoquer des irritations. Une fois ces précautions prises, le musc tahara est idéal pour parfumer les parties intimes grâce à sa texture et son odeur.

Le musc tahara est un parfum pour femme

Le Musc Tahara Est Un Parfum Pour Femme

La place centrale qu’occupe le musc tahara dans la routine beauté des femmes orientales en fait un parfum associé aux femmes. Cependant, ce musc n’est pas réservé aux femmes. Il fait plutôt parti des parfums que l’on peut qualifier de mixte. Le musc tahara a un parfum doux et sucré qui est souvent associé au coton, à la douceur. On retrouve ce musc en note de fond dans de nombreux parfums. En parfumerie, le musc fait partie des fragrances incontournables et universelles. Il s’utilise donc aussi bien dans les parfums pour hommes et pour femmes. Cette senteur peut faire office comme de base neutre à laquelle d’autres senteurs sont associés. Ce sont ces derniers qui vont ensuite rendre ensuite un parfum plus féminin ou masculin. L’usage de ce musc est donc a envisagé de la sorte : un parfum à mélanger avec d’autres. Il est aussi possible de se procurer des flacons de musc tahara qui sont déjà mélangés à d’autres parfums comme le jasmin ou la rose.


  • [1] Hadith rapporté par Ahmad et An-Nasa’i.
  • [2] Hadith rapporté par Nasai et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°5914

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *